LAMRANI

Publié le 25/09/2022
Déscription :

Depuis la fin du XIXe siècle, Paris serait la capitale mondiale de l'espionnage, abritant entre 10 000 et 15 000 agents secrets. Les espions russes, chinois, américains et israéliens, mais aussi turcs, s'y sentent à l'aise pour mener leurs opérations sans trop de risques d'être dérangés. Ils sont les acteurs offensifs de la guerre de l'ombre qui se joue dans les institutions internationales, les ambassades, les palaces et les lieux les plus inattendus. Intimidation, corruption, séduction et parfois "terminaison avec extrême préjudice" : tous les moyens sont bons. C'est une vraie infiltration d'un service secret, bien faite, bien organisée. On a eu la signature du rôle des Turcs. Des services turcs. Parce quand Omer Güney a été placé en garde à vue, comme vous savez on lui demande s'il veut un médecin, un avocat... Et on lui demande s'il veut que les policiers informent quelqu'un et il dit : « Oui, le consulat turc. » Et là, au cas où on aurait encore des doutes, ils étaient définitivement levés. Quel Kurde ou proche des Kurdes va demander lors de son arrestation qu'on informe les Turcs ? Antoine Comte, avocat des familles des victimes à propos des meurtres commis sur trois militantes du PKK (parti des travailleurs du Kurdistan) en janvier 2013 à Paris par l'auteur présumé Omer Güney L'espionnage dans la capitale française « On l'oublie souvent mais Paris est la ville qui accueille le plus de stations de métro au monde, rappelle Jérôme Poirot, avec des sorties multiples. Et puis, il y a beaucoup de passage. Donc Paris offre des facilités pour les services de renseignement. » Lui qui fut l'adjoint du coordonnateur national du renseignement à la présidence de la République de 2009 à 2015 sait qu'avec le dédale de ses rues, ses voies navigables, l'étendue de ses transports en commun et ses aéroports limitrophes, Paris est la place idéale pour exercer ses talents d'espionnage. On peut se donner rendez-vous dans une église, une brasserie ou un square pour échanger des informations ultra-secrètes sans éveiller les soupçons. Du moins ceux des néophytes. Un professionnel sera plus enclin à déceler l'étrangeté de la situation et à imaginer le pire. Mais ne vaut-il pas mieux ne rien savoir que d'être tenu au silence pour en avoir trop vu ? Qu'est-ce que c'est, des illégaux ? Ce sont des hommes et des femmes qui ont été préparés mais qui ont pour destination de se fondre dans la société sous une fausse identité, une activité de couverture sans avoir le moindre contact officiel avec l'ambassade ni les officiers des services spéciaux. Jean-Pierre Pochon, directeur du renseignement à la DGSE de 2000 à 2002 Le jeu du chat et de la souris N'allez pas croire que ce métier s'improvise. Certaines dispositions semblent primordiales pour passer de simple quidam à agent secret : aimer le risque, se sentir apte à s'inventer un passé, à vivre sous une fausse identité, à mentir avec assurance (et pourquoi pas légèreté) et être prêt à tuer ou mourir si la situation l'exige. Au jeu du chat et de la souris, sait-on vraiment qui dupe qui ? Chacun s'observant, se toisant, se narguant. Si le nombre exact d'agents officiels et d'illégaux est difficilement quantifiable, ils seraient plus de dix mille à Paris. Depuis le début de la guerre en Ukraine, combien d'écoutes plus ou moins légales, de filatures ou d'approches ont été ordonnées ? Les services de renseignement sont-ils plus que jamais sur le qui-vive ? Et quel rôle joueront-ils dans les prochaines semaines ? Si ces questions resteront encore longtemps sans réponse, leur place sur l'échiquier politique et économique international n'est pas près de disparaître. Paris, secrets d'espions Peu de gens le savent, mais Paris est depuis toujours le terrain de jeu caché des espions du monde entier. Elle serait même, depuis la fin du XIXe siècle, la capitale mondiale de l’espionnage, abritant entre dix mille et quinze mille agents secrets. Les espions russes, chinois, américains et israéliens mais aussi turcs s’y sentent à l’aise pour mener leurs opérations sans trop de risques d’être dérangés. Explication du reportage : 05:39 _ Le documentaire suis Sergei Jirnov qui nous montre les locaux des services secret Russe ''KGB''. 22:38 _ Le reportage nous montre les services secret Juive ''MOSSAD'' 46:45 _ Les espions Américains ''CIA'' essaient d'infiltré le KGB. 01:11:55 _ Sergei Jirnov nous parle de sont rôle d'espion pendant ses années de service au KGB.


chargement en cours...veuillez patienter